Eqilibre

Snake Style System Taiji quan






certified300px


     

" Calme comme la montagne, mouvant comme le fleuve et la rivière "

Stacks Image 1038

Qu'est-ce que le taiji quan ?

Le tai ji quan [tai chi chuan] (1) appartient à la grande famille des arts martiaux chinois, et plus précisément au courant dit nei jia quan, littéralement « école interne du poing », d’inspiration taoïste. L’expression taiji quan est couramment traduite par « poing – ou boxe – (quan) du faîte (ji) suprême (tai) », en référence à la poutre faîtière de la maison, symbole de l’Unité dans le taoïsme. Dans le même esprit, on peut aussi traduire l’expression par « poing de la polarité suprême », la notion de « pôle », lieu de cette polarité suprême, renvoyant à l’instant où yin et yang sont encore unis.

Bien éloigné de la simple « gymnastique douce » hélas parfois enseignée tant en Occident qu’en Chine, le tai ji quan est un des arts martiaux les plus riches et les plus puissants, en ce qu’il privilégie l’utilisation du souffle vital qi [chi], par rapport à la force musculaire li, qui lui est en quelque sorte subordonnée. Et pour diriger et utiliser correctement le qi, le pratiquant fera appel à l’intention yi. Ainsi, par l’utilisation harmonieuse de ces trois composants, qi, li et yi, le tai ji quan est un art de vie complet :

• Il constitue un excellent exercice de santé, qui peut être pratiqué à tous les âges, car il sollicite de manière douce et efficace l’ensemble du corps – muscles et articulations –, développe l’énergie vitale, diminue le stress grâce au travail de relâchement qu’il nécessite, apaise et clarifie le mental par la concentration qu’il implique.
• C’est un art martial non violent, non agressif, en harmonie avec les lois naturelles. Privilégiant l’énergie vitale plutôt que les muscles, il est efficace quels que soient l’âge et la force physique.
• L’application des principes du tai ji quan dans la vie relationnelle permet de désamorcer la plupart des conflits en permettant de réagir correctement face aux agressions verbales et psychologiques.
• Pour ceux qui le désirent, le tai ji quan peut prendre la forme d’une voie spirituelle, basée sur les enseignements des grands maîtres taoïstes tels Lao Zi et Zhuang Zi.

La forme la plus courante du tai ji quan se pratique à mains nues. Il s’agit d’enchaîner un certain nombre – variable selon les écoles – de mouvements codifiés d’attaque et de défense. L’exécution de cette routine constitue la première étape dans l’apprentissage du tai ji quan. Lorsqu’elle est maîtrisée, le pratiquant passe alors, s’il le souhaite, au travail avec partenaire (tests, applications martiales…), ainsi qu’au maniement des armes traditionnelles telles l’épée, le sabre, ou encore la lance.

Notre style
calligraphietaiji
Nous enseignons le « style du serpent » de la famille Yang, qui comprend :
• un enchaînement lent à mains nues de 108 mouvements,
• le maniement du sabre, de l’épée et de la lance,
• une forme rapide à mains nues (long boxing form),
• une forme avec partenaire (da lu),
• la poussée des mains (tui shou),
• le travail des postures (zhan zhong),
• ainsi qu’une forme spécifique de gi gong (ding bu quan).

Un peu d'histoire
Le style Yang fut créé par Yang Luchan (1799 -1872), combattant redoutable, surnommé « l’invincible ». Cet art, connu aujourd’hui sous le nom de « style du serpent » (Snake Style) fut longtemps gardé secret au sein de la famille Yang, alors qu’une forme plus restreinte au niveau de ses principes était divulguée au public : c'est le « style du tigre » (Tiger Style), actuellement le plus répandu dans le monde. Tout devait changer avec Ip Tai Tak (1929-2004), le représentant de la cinquième génération de la famille Yang. Ip Tai Tak ne fut pas seulement l'exception pour avoir enseigné le style du serpent en dehors de la famille Yang ; il se démarqua franchement de la tradition en choisissant un non Chinois comme disciple. C’est ainsi que Robert Boyd (2), citoyen américain qui vit aux États-Unis, est aujourd’hui le seul dépositaire officiel du style du serpent. Il enseigne essentiellement en Amérique du Nord et en Europe (France, Allemagne et Belgique principalement).

Qu'apporte le style du serpent ?
Le style du serpent apporte quantité de bienfaits, perceptibles après seulement quelques mois de pratique. Tous les mouvements partent de la poitrine, ce qui exige une grande flexibilité de la colonne vertébrale et de la cage thoracique, ainsi qu’un travail important des muscles internes du torse. Il s’ensuit que le style du serpent, plus encore que tout autre style de tai ji quan, constitue un puissant exercice de santé. De plus, grâce à une application rigoureuse des lois mécaniques et énergétiques qui régissent le corps humain, le style du serpent offre au pratiquant une grande efficacité martiale.

Vos professeurs sont directement formés par maître Boyd, et participent régulièrement à des séminaires, ce qui est garant de la continuité d’un tai ji quan authentique.



1: Il existe plusieurs manières de transcrire les caractères chinois. Nous adoptons le système de romanisation pinyin (nous vous faisons grâce des accents toniques), qui est le plus « officiel » et le plus répandu actuellement. Les anciennes transcriptions les plus courantes sont indiquées entre crochets [].

2: Comme le veut la tradition, il reçut de son maître un nom chinois : Bao Tak Fai.